Le réalisme ironique de Céline Hitier

Céline Hitier est une artiste clairement réaliste : quand elle peint une assiette de crêpes, le tableau fait venir l’eau à la bouche. Dans une précédente exposition, elle a déployé face à face des nourritures, fromages ou saucissons, œuf à la coque ou madeleines, rosbif cuit à point, et les animaux de la ferme qui sont la source première de nos agapes. Histoire de ne pas se nourrir d’illusions, de mettre le nez dans la réalité, et de remercier ces bêtes qui nous font vivre. Elle a fait le portrait de vaches, d’oies, de chats, de chevaux ou de chiens où leur propriétaire les reconnaît parfaitement. Si elle s’amuse à représenter ces personnages qui ne se regardent ni dans la glace ni en image, il va de soi qu’elle s’intéresse au visage humain, à ses expressions, et ces derniers temps à des frimousses d’enfants.

Mais Céline Hitier, avec sa fantaisie, sa joie de vivre, son intelligence et son talent, ne passe pas son temps à « copier la nature ». Elle est prête à vous représenter dans une situation insolite, en dialogue avec Socrate ou en combat contre un calamar géant. Au-delà du portrait, et du tableau, sa préférence va à la fresque, qui permet d’imaginer un scénario et de composer une histoire. Ainsi, elle a fait surgir un train des années vingt sur les rails d’une gare imaginaire exécutée en un trompe-l’œil époustouflant, à l’emplacement d’une gare jamais construite à Rochefort en Yvelines. Guy Le Rouge, comte de Rochefort, disparu en 1108, attend sur le quai. Un escalier semble s’enfoncer sous terre tandis qu’une fillette s’envole. Détournement poétique du réalisme que l’éclat des couleurs oriente vers la féérie.
Son réalisme ironique et malicieux s’exprime à Vaubesnard près de Dourdan, sur deux grands murs d’un escalier peints en rose vif, couleur imposée qui lui a suggéré le sympathique cochon de premier plan qui trottine vers nous, escorté d’une poule sévère et d’une vache majestueuse tournée vers le maître du lieu, l’illustre Brad Pitt. Torse nu et inquiet, il cherche Angelina. En montant l’escalier, vous la voyez là-haut, martiale et magnifique, près d’un tas de fumier d’où émerge un cochon tout étourdi dont la couleur répond à celle du plafond et de son compagnon d’en dessous. La composition est parfaite et l’illusion très réussie. Le talent et l’humour de l’artiste rendent irrésistible cette réunion de célébrités de l’écran et d’humbles animaux de ferme. Il faut voir ces fresques et en espérer d’autres, pour le plaisir des yeux et de l’esprit. Céline Hitier, informaticienne de haut vol, depuis toujours artiste peintre par passion, a choisi de vivre sa passion contre toute raison, et elle mérite d’avoir eu raison.

Monique Sebbag

les jaquassent, 120 x 60 cm
L'en-train du temps, Rochefort en Yvelines